France Info I Christophe Bodin11/01/2018

En déplacement à Limoges, le patron de l’entreprise canadienne TransPod Hyperloop a annoncé qu’il cherchait à implanter une piste d’essai, à Limoges, pour son train du futur. Des capsules propulsées par des champs magnétiques qui pourraient atteindre plus de 1000 km/h.
 
La technologie pourrait révolutionner le transport terrestre de passagers et de marchandise : Hyperloop.  Ce train du futur, qui pourrait atteindre plus de 1000 km/h, suscite des convoitises et des controverses.
 
L'entrepreneur et milliardaire américain, Elon Musk, développe son propre projet d'Hyperloop, il a déjà levé des fonds : 160 millions d'euros. Plusieurs entreprises dans le monde sont en concurrence pour développer cette technologie que certains continuent pourtant de qualifier de science-fiction.
 
Pour Sébastien Gendron, patron de l'entreprise canadienne TransPod Hyperloop, le futur est à portée de main. Il est en déplacement sur Limoges où il va rencontrer vendredi 12 janvier 2017 des responsables politiques et des entrepreneurs. Son objectif : réunir les conditions techniques et le financement pour implanter, à Limoges, une piste d'essai de 3 kilomètres du train supersonique.
 
Une association "Hyperloop Limoges" s’est déjà constituée, Vincent Léonie, adjoint au maire de Limoges en a la présidence.
Au Canada, l’entreprise porte déjà un autre projet de train Hyperloop, et envisage de transporter des passagers à l’horizon 2020.

Lire l'intégralité de l'atricle et écouter l'interview de ​Sébastien Gendron
 

Membres corporatifs

© 2019
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par memboGo.