Aujourd'hui, Statistique Canada présente aux Canadiens un premier aperçu du plus récent portrait statistique national en diffusant les résultats du Recensement de 2016 portant sur les chiffres de population et des logements.  
Au jour du recensement, le 10 mai 2016, 35 151 728 personnes ont déclaré vivre au Canada. Cette diffusion révèle également les tendances en matière de croissance démographique dans l'ensemble du pays.
 
Au cours de la prochaine année, et alors que les Canadiens célèbreront les 150 ans de la Confédération, l'organisme va diffuser la gamme complète des données du Recensement qui permettra de dresser un portrait factuel de la vie des Canadiens ainsi que de leurs communautés.
 
La population était 10 fois plus importante en 2016 qu'en 1871, date du premier recensement après la Confédération, où on avait dénombré 3,5 millions de personnes au Canada. En 1967, alors que les Canadiens célébraient le 100e anniversaire de la Confédération, la population avait atteint 20,0 millions (Recensement de 1966).
 
Au fil du temps, les Canadiens se sont déplacés vers l'ouest. En 1871, la plupart des Canadiens vivaient dans les quatre provinces fondatrices que sont l'Ontario, le Québec, le Nouveau-Brunswick et la Nouvelle-Écosse, tandis que l'ouest du Canada était peu peuplé. En 2016, près du tiers de la population vivait au Manitoba, en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique.
 
L'accroissement migratoire explique les deux tiers de la croissance démographique
De 2011 à 2016, la population s'est accrue de 1,7 million de personnes, ou de 5,0 %, un taux de croissance légèrement inférieur à celui observé pour la période de 2006 à 2011 (+5,9 %).
  
Environ les deux tiers de la croissance démographique du Canada de 2011 à 2016 sont attribuables à l'accroissement migratoire (la différence entre le nombre d'immigrants et d'émigrants). L'accroissement naturel (la différence entre le nombre de naissances et de décès) a représenté l'autre tiers. Selon les projections, la croissance démographique du Canada au cours des prochaines années sera de plus en plus liée à l'accroissement migratoire, plutôt qu'à l'accroissement naturel, principalement en raison de la faible fécondité et du vieillissement de la population.

Lire la suite de l'article
 

Membres corporatifs

© 2019
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par memboGo.