Daniel Jouanneau, Président CCFC

Éditorial de Daniel Jouanneau, Président de la CCFC


La Chambre de Commerce France-Canada est heureuse d’apporter sa contribution au renforcement des partenariats économiques entre deux pays unis par des liens d’une exceptionnelle densité. Liens d’une histoire partagée, celle du Québec, celle des deux guerres mondiales. Liens de la langue française, remarquablement préservée en Amérique du Nord grâce à la volonté politique des gouvernements québécois, mais bien vivante aussi dans les provinces anglophones. Liens personnels, avec une communauté française au Canada qui est l’une de nos plus importantes diasporas. Liens multiples entre universités. Forte présence des entreprises françaises au Canada, et accroissement significatif des investissements canadiens en France. L’image de chacun des deux pays dans l’autre est très positive, à commencer par celle des entreprises, reconnues pour leur dynamisme et leur sens de l’innovation. Le contexte politique franco-canadien ne peut être plus porteur. Il faut revenir vingt ans en arrière pour trouver une telle convergence des approches sur les grands défis globaux : le prochain sommet du G7, à Biarritz, le confirmera.

          ​L’entrée en vigueur, en septembre 2017, de l’accord économique et global entre l’Union européenne et le Canada (AECG/CETA) offre aux entreprises des opportunités nouvelles et très intéressantes :  suppression de la quasi-totalité des droits de douane ; ouverture à la concurrence européenne des marchés publics canadiens provinciaux et municipaux ; rapprochement des normes ; certification simplifiée ; protection renforcée des indications géographiques ; meilleure protection des brevets pharmaceutiques. Dans de courtes vidéos mises en ligne sur le site de la Chambre, plusieurs dirigeants de PME expliquent comment l’accord a donné à leurs échanges avec le Canada une forte impulsion. L’accord a produit dès la première année des effets très positifs sur les exportations de l’UE vers le Canada, en particulier pour l’agro-alimentaire français. Un mécanisme de suivi sans précédent, associant étroitement la société civile, a été mis en place, au niveau européen et en France, pour permettre à tous les secteurs concernés d’être informés de l’impact de l’accord

            La politique commerciale de l’administration américaine conduit beaucoup d’entreprises canadiennes à rechercher une diversification géographique de leurs marchés, et à regarder davantage vers le grand marché européen. Si le Brexit se concrétise, Londres et le Royaume-Uni ne seront plus, pour les entreprises canadiennes, notamment celles des provinces anglophones, la porte d’entrée naturelle sur le marché de l’UE. Pour de multiples raisons, la France peut le devenir.

          C’est le message que porte la Chambre de Commerce France-Canada. Elle a resserré ses liens avec l’ensemble des provinces canadiennes et travaille désormais en synergie avec la Chambre de commerce française au Canada, à Montréal, et avec la France Canada Chamber of Commerce Ontario. L’Ambassade du Canada en France lui apporte un appui précieux. La concertation est constante avec l’Ambassade et les cinq consulats généraux de France au Canada, Business France, la Douane, le Trésor, et avec les chambres de commerce et d’industrie territoriales.
 
 

Membres corporatifs

© 2019
Chambre de Commerce France-Canada. Site web propulsé par memboGo.